j'attends des jumeaux (suite n°3)

Publié le par Clémentine

 

 

J’attends des jumeaux (suite n°3)

 

J’ai fait une connaissance particulière, pendant ses longs mois d’attente. Aussi étrange que cela puisse paraître, j’ai appris à connaître mon corps et à l’aimer.

Ce corps, tellement malmené et difforme, allait donner un sens nouveau à ma vie.

Porter la VIE, la créer, la fabriquer est certainement la plus belle expérience du monde et les maltraitances que peut vivre le corps sont très vite oubliées…

Le ventre et les seins tous ronds sont émouvants. C’est la promesse de le Vie de nouveau qui sourit.

Très souvent il y a des gens qui me disent « après vous faites la fille? » ou « c’est pour quand le quatrième? »

Ils ne savent pas à quel point il est difficile d’y renoncer.

Mais être enceinte est tellement merveilleux, peut être le seul moment dans une vie où rien, absolument rien ne peut vous arriver tellement vous êtes loin de toute réalité matérielle. Rien ne doit vous arriver.

Se dire que c’est la dernière fois que l’on vit une expérience pareille est absolument impossible.

Socialement ce sont les gens qui posent ce genre de questions qui vous jugeront les premiers, ils diront « ils ne sont pas raisonnables… ». Mais j’ai l’impression que ce désir de bébé est situé bien au-delà de la raison.

J’ai souvent pensé aux femmes qui pour plein de raisons ne peuvent être enceinte ou aller au bout de leur grossesse. Et je comprenais leur souffrance , qui se repointe à chaque fois qu’elles croisent un gros bidon.

Avant d’être enceinte de mes jumeaux, deux de mes copines avaient perdu leurs bébés.

L’une d’elle a mis beaucoup de distance entre nous : moi enceinte de deux bébés et elle qui n’avait pas de bébé après six mois de grossesse. C’était totalement injuste et je le savais.

On a pu renouer le contact quand elle a eu son deuxième bébé.

Mon autre amie dès qu’elle a su que j’attendais des jumeaux, m’appelait deux fois par semaine. Elle prenait soin de moi, de nous. Elle a été de nouveau enceinte et pendant 6 mois elle a espéré que tout aille pour le mieux. Mais encore une fois la grossesse s’est interrompue malgré le cerclage et une mise au repos total.

C’est arrivé quand mes bébés avaient deux ou trois mois.

Lors de la dernière conversation, elle m’a dit « il y a des choses plus graves dans la vie, non? »

Je n’en suis pas sûre, non.

On ne s’est malheureusement pas reparlé depuis.

J’avais peur en l’appelant qu’un de mes bébés ne se mettent à pleurer et que cela ne soit encore plus difficile.

Ce MANQUE là est certainement l’épreuve la plus terrible qui soit pour une femme.

Publié dans j'attends des jumeaux

Commenter cet article

la duchesse 15/05/2009 10:23

Ne renonce pas si vite ... Quand j'étais jeune, je refusais totalement l'idée d'une famille nombreuse, et dès mes 35 ans, j'ai vécu une période douloureuse, car pour moi, dans ma tête, j'étais périmée (oui, je sais, je suis pas encore une mémé, mais pour être enceinte, j'ai encore le sentiment que c'est tard) et puis tu vois ... je serais à la tête d'une tribu de 5 enfants à la veille de mes 39 ans ! On ne sait jamais de quoi demain sera fait ...