dispersée

Publié le par Clém.



Il existe toujours une multitude de choses que l’on voudrait faire, que l’on devrait faire ou qu’il faudrait faire (besoin, désir, envie, nécessité…)

Bref, trop de choses peut être qui s’ajoutent ou se font et se défont du quotidien :

Changer l’eau des poissons, tricoter l’écharpe plume d’été, écrire à l’amie hors de temps, emmener la voiture au garage, réparer mon vélo, trouver des chaussettes taille 33, enlever les toiles d’araignées là haut dans la salle d’eau, repeindre le balcon, coudre une chemise pour le grand, un sac fourre- tout pour moi, rendre les livres à la bibliothèque, réécrire mon CV, retrouver ces satanés t-shirts d’été, recoller la poignée dans la cuisine, écrire tout ce qui me passe par la tête, trier les jouets et les donner (en cachette), continuer d’apprendre à jouer de la guitare, marcher dans les rues de Paris, faire des coussins et des trucs sympas dans des sacs à café, faire des cocottes en papier, préparer les mots de la dictée, faire tirer des  photos, les encadrer, retrouver le service à fondu pour rigoler, écouter le silence de la nuit, respirer la rosée...

 

Un jour de mai au marché aux fleurs, Paris :

janvier-fevrier-2012 0634 

 

janvier-fevrier-2012 0633

 

janvier-fevrier-2012 0632

Commenter cet article